20 conseils pour mieux écrire

Même si on me connait avant tout comme photographe, je passe en réalité plus de temps à écrire qu’à prendre des photos. J’écris tous les jours et pendant plusieurs heures. Parfois il s’agit juste d’un article pour mon blog mais, bien souvent, je travaille sur des projets plus ambitieux ou plus personnels.

J’aime écrire au moins autant que j’aime prendre des photos et, ce qui me plait par dessus tout dans ces deux disciplines, c’est qu’elles me permettent chaque jour d’apprendre — autant sur moi que sur le sujet étudié ou la discipline en elle-même — et d’explorer tout ce qui éveille ma curiosité.

Je suis loin d’être un grand écrivain, mais j’ai beaucoup appris des maitres de l’écriture. Ce sont quelques-uns de leurs conseils, ceux que je relis régulièrement, ceux que j’oublie encore trop souvent, que j’aimerais vous transmettre aujourd’hui.

La plupart de ces conseils sont destinés à simplifier ce que vous écrivez, à rendre vos textes plus facilement compréhensibles, moins ennuyeux aussi, et surtout donner à vos mots plus de force.

Ils vous aideront si vous avez comme projet d’écrire un livre, bien entendu, mais aussi dans de nombreuses tâches de la vie courante : poster un article sur les réseaux sociaux ou sur votre blog, écrire un email, rédiger une lettre ou un CV, diffuser un message marketing ou, pourquoi pas, trouver l’amour en discutant sur Internet.

Bien écrire s’apprend et, une fois maitrisé, c’est un super-pouvoir dont vous bénéficierez toute votre vie.

(NOTE : J’ai regroupé ces conseils dans un fichier .pdf, pour que vous puissiez plus facilement les imprimer et les garder sous la main. Vous pouvez les télécharger gratuitement ici : 20 conseils pour mieux écrire)

Pour progresser, lisez et écrivez beacuoup

Si vous voulez apprendre à écrire, il n’y a pas de secret. Vous devez faire deux choses plus que tout : lire et écrire. Tous les jours. Aussi longtemps que possible. C’est le seul moyen d’apprendre et de progresser.

« Si vous voulez devenir écrivain, il y a deux choses que vous devez faire : lire beaucoup et beaucoup écrire. » — Stephen King

Votre lecteur idéal

Ecrivez toujours comme si vous écriviez à une seule personne : votre lecteur idéal.

Sachez qui il ou elle est. Sachez ce qu’il ou elle veut. Ce dont il ou elle a besoin. Gardez-le à vos côtés tout le temps.

Lorsque vous écrivez quelque chose de drôle, imaginez votre lecteur idéal sourire.

Pourquoi écrire

L’objectif de l’écriture n’est pas de gagner de l’argent, de devenir célèbre, de faire des rencontres ou des conquêtes.

Au final, il s’agit d’enrichir la vie de ceux qui liront votre travail, et d’enrichir votre propre vie également.

Clarté

Soyez clair. Lorsque vous dites quelque chose, soyez certain de l’avoir dit. Et dites-le de la manière la plus simple, la plus directe et la plus claire possible.

Les livres faciles à lire contiennent de courts paragraphes, des phrases courtes également, et beaucoup d’espaces vides.

Evitez la voix passive

Les verbes existent sous deux forme : la voix active et la voix passive.

Avec un verbe à la voix active, le sujet de la phrase fait quelque chose. Avec un verbe à la voix passive, quelque chose est fait au sujet de la phrase. Comme si le sujet se laissait faire passivement.

La voix passive a été crée pour les auteurs timides, qui n’osent pas s’affirmer ni défendre ce qu’ils écrivent.

  • Voix active (à privilégier) : le chat mange la souris
  • Voix passive (à éviter) : la souris est mangée par le chat

Les adverbes ne sont pas vos amis

Les adverbes, tout comme la voix passive, semblent avoir été créés pour les auteurs timides.

Avec les adverbes, l’auteur nous montre qu’il a peur de ne pas s’exprimer clairement, qu’il n’arrive pas à atteindre son but.

« Il ferme la porte fermement »

A remplacer par :

« Il ferme la porte »

Idem pour les adjectifs. On peut les utiliser, mais il ne faut pas en abuser.

« J’ai très peur que le gros éléphant ne marche sur la toute petite souris. »

À remplacer par

« J’ai peur que l’éléphant ne marche sur la souris ».

Ecrivez avec des noms et des verbes, pas avec des adjectifs et des adverbes. Ce sont les noms et les verbes, et non pas leurs assistants, qui donnent à un texte sa force et sa couleur.

Evitez les mots inutiles

Un texte qui a de la force est un texte concis.

Une phrase ne devrait pas contenir de mots inutiles, et un paragraphe aucune phrase inutile.

Ceci ne veut pas dire que toutes vos phrases doivent être courtes, ou que vous deviez supprimer tous les détails, mais simplement que chaque mot doit avoir de l’importance et un rôle à jouer.

Utilisez un vocabulaire spécifique et concret

Préférez un terme spécifique que général, précis plutôt que vague, concret plutôt qu’abstrait.

« Une période de temps peu clément s’est installée ces derniers jours »

À remplacer par

« Il a plu tous les jours cette semaine »

Utilisez le premier mot qui vous vient à l’esprit

La règle de base en matière de vocabulaire : utilisez le premier mot qui vous vient à l’esprit, du moment qu’il est adapté à votre phrase.

Ne faites aucun effort conscient pour améliorer un mot.

Ecrivez comme vous parlez.

Le pire que vous puissiez faire serait de choisir des mots plus long et plus compliqués que ceux que vous utilisez habituellement — peut-être pour paraitre plus intelligent que ce que vous n’êtes.

N’exagérez pas

Lorsque vous exagérez, les lecteurs le sentent et se tiennent instantanément sur leurs gardes.

Ils perdent confiance en vous, en vos jugements et en vos écrits.

Evitez les adjectifs courants

Les adjectifs assez, petit, très, joli , un peu sont à éviter autant que possible. On a tendance à les placer n’importe où, sans qu’ils n’aient vraiment d’utilité.

Ils ne doivent être employés que lorsqu’ils qualifient réellement un sujet.

Exclamations

N’essayez pas d’accentuer de simples déclarations en utilisant des points d’exclamation.

C’était un spectacle magnifique !

À remplacer par

C’était un spectacle magnifique.

Le point d’exclamation ne doit être utilisé qu’après une vraie exclamation ou un ordre.

Doutes

Si chacune de vos phrases suggère un doute, vos textes manqueront de force et de conviction.

Serait, devrait, pourrait, et peut ne doivent être utilisés que lorsque la situation implique un réel doute.

Sinon, affirmez avec conviction ce que vous dites.

Ne donnez pas votre opinion

Sauf si vous avez une bonne raison de le faire, ne donnez pas votre opinion dans un texte que vous écrivez.

Nous avons tous des opinions et la tentation est souvent grande de les exprimer, mais mieux vaut éviter.

Si trop de vos opinions transparaissent dans vos textes, vos lecteurs auront l’impression que vous avez un ego sur-dimensionné.

Vos lecteurs sont intelligents, ils sauront se faire leur propre opinion.

Editing

L’éditing d’un texte est important. Peut-être même plus important que son écriture.

Beaucoup d’auteurs sont capables d’écrire correctement, mais peu savent faire un bon éditing.

Un principe à garder dans un coin de la tête : votre second brouillon correspond à votre premier brouillon moins 10%.

Attendez au moins 3 semaines avant d’éditer votre premier brouillon. Le temps que votre cerveau et vos émotions se détachent du texte que vous avez écrit.

Lorsque vous écrivez votre premier brouillon, vous vous racontez à vous-même une histoire. Lorsque vous relisez, votre principal objectif est de supprimer tout ce qui ne fait pas partie de cette histoire.

Trouver son style

Les auteurs débutants ne doivent pas se préoccuper de leur style, et simplement comprendre que c’est une expression de qui ils sont. Vous devez éviter toute manoeuvre ayant pour but de vous donner un style. Soyez simple, ordonné et sincère, et votre style émergera avec le temps.

Ecrivez de manière simple et naturelle, en utilisant les mots qui vous viennent à l’esprit, sans compliquer ni le vocabulaire, ni les tournures de phrases.

N’essayez pas de changer votre façon d’écrire pour paraitre quelqu’un que vous n’êtes pas.

Un écrivain honnête n’a pas besoin de se préoccuper de son style. Lorsque vous progresserez, que vous aurez l’habitude d’écrire et de manier les mots, votre style émergera de lui même, car vous même vous révélerez.

Le style est l’écrivain lui-même. C’est la personne que vous êtes, et non ce que vous savez, qui détermine votre style.

Si vous écrivez, vous devez faire confiance à vos lecteurs. Vous ne pouvez pas écrire correctement si vous ne croyez pas en l’intelligence de vos lecteurs ou que vous les prenez de haut.

Soyez curieux et authentique

Lorsque vous écrivez, laissez-vous guider par votre curiosité et par votre instinct.

Si un sujet vous intéresse, faites des recherches et commencez à écrire à ce propos. Peut-être qu’un jour cet intérêt se transformera en livre, peut-être pas, mais dans tous les cas, vous aurez appris quelque chose.

Ne faites pas l’erreur de vous enfermer dans une thématique ou d’écrire pour faire plaisir à une audience. Ecrivez avant tout pour vous.

Si vous parlez d’un sujet qui vous passionne, vos lecteurs le ressentiront. Votre enthousiasme et votre énergie seront contagieuses.

Si vous parlez d’un sujet qui vous ennuie, d’un sujet que vous n’aimez pas particulièrement, ils le sentiront également.

Devenir un auteur

Toutes les personnes qui publient un livre ne sont pas des auteurs. Ils sont juste des personnes qui ont publié un livre.

La meilleure façon de devenir auteur est d’écrire d’autres livres.

Et le meilleur marketing que vous puissiez faire pour votre livre est de commencer à en écrire un autre.

Marketing et communauté

Aujourd’hui, tout le monde peut écrire un livre et le publier. Mais pour que votre livre trouve le succès, mieux vaut être entouré d’une communauté de fidèles lecteurs.

Plutôt que d’écrire dans votre coin, publiez régulièrement des articles sur un blog — des extraits de vos brouillons par exemple. Ceci aura le double avantage de développer votre audience et de clarifier vos idées.

Incitez vos lecteurs à s’inscrire à une newsletter, et commencez tout ceci aussi tôt que possible. N’attendez pas que votre livre soit terminé pour commencer à en parler et à fonder une communauté. Faites le aujourd’hui.

Vos abonnés vous aideront à tous les stades de votre projet. Ils vous motiveront pour continuer à écrire. Ils pourront relire vos brouillons. Ils pourront vous aider à corriger les fautes de votre manuscrit. Ils parleront de vous et de vos projets à d’autres personnes. Ils seront vos premiers clients lorsque votre projet sera terminé. Ils vous aideront à obtenir la confiance d’un éditeur si vous en cherchez un.

Faites tout votre possible pour développer votre communauté, et faites-le via une newsletter, pas sur les réseaux sociaux. Sur les réseaux sociaux, vous ne contrôlez pas assez la plateforme. Il n’y a rien de mal à avoir un compte Instagram ou Facebook, mais ces comptes doivent inciter les gens qui vous découvrent à s’abonner à votre newsletter. Il n’y a qu’avec leurs adresses email que vous êtes certain de pouvoir communiquer avec tous vos abonnés.

Apprenez chaque jour et entourez-vous

Tous les conseils que je viens de vous donner, je les ai appris en lisant d’autres auteurs.

Des auteurs qui ont déjà rencontré les problèmes que je rencontre aujourd’hui, qui les ont résolu, et qui sont assez généreux pour partager leur solution.

Vous pouvez apprendre des autres, et c’est certainement le meilleur moyen de progresser rapidement.

Et lorsque vous avez un problème ou une question, ne vous isolez pas pour essayer de le résoudre.

Au contraire, parlez de vos problèmes, cherchez de l’aide auprès d’autres personnes qui partagent la même passion que vous.

Vous trouverez toujours quelqu’un qui a déjà résolu votre problème, et qui sera prêt à vous aider.

(Pour garder sous la main ces conseils, téléchargez gratuitement cet article au format .pdf ici : 20 conseils pour mieux écrire)